JAPON: LE SOLEIL ROUGE

JAPON: LE SOLEIL ROUGE

La bière au Japon

KAMPAI!!!!

C'est le cri de ralliement de tous ceux qui trinquent au Japon! 

Et au Japon, c'est surtout des verres de bière qui s'entrechoquent.

 

 




 La bière est arrivée au Japon avec les premiers étrangers autorisés à entrer dans l'archipel.

Auparavant, les seules boissons alcoolisées connues étaient issues d'un brassage et d'une fermentation naturelle, comme le saké.

Pour la petite histoire, c'est un norvégien, William Copland qui a monté la première brasserie industrielle à Yokohama. La bière "Tennuma no Bia" voit le jour en 1869.

Jusqu'en 1945, ce breuvage restera relativement confidentiel, pratiquement réservé aux soldats de l'armée impériale. Ce sont la société d'état "Dai Nippon Brewery" et "Kirin" qui assurent l'approvisionnement. 

A la fin de la guerre, l'administration américaine dissout la Dai Nippon Brewery qui se scinde en deux sociétés privées: "Sapporo Brewery" et "Asahi Brewery" qui se partagent majoritairement le marché avec "Kirin".

La politique commerciale et le dynamisme de Kirin font connaitre la bière à l'ensemble du Japon et la marque devient leader sur le marché avec 57% en 1987. Ensuite, la société "Suntory", plus spécialisée dans les alcools et l'importation des produits étrangers a également créé sa marque de bière et ce sont donc quatre géants qui se partagent majoritairement le marché Japonais.

A noter également la marque "Orion", dont la distribution est limitée à Okinawa.

Ah Japon, la bière est considérée comme la boisson idéale pour passer un moment convivial entre amis et se détendre après une dure journée de travail.

La consommation moyenne est de 43 litres par habitant.

La société Asahi a lancé la "Dry senso" (guerre dry) en 1987, en commercialisant "Super Dry" une bière de qualité supérieure à grand renfort de campagnes publicitaires. (La loi Evin n'existe pas au Japon...).

 

 

En quelques année, Asahi est devenu le premier fabricant du Japon. Les autres sociétés auront beau à leur tour lancer des produits similaires avec des budgets faramineux, les habitudes sont prises et la "Dry" est indétrônable. 

 

La forte taxation de la bière (47%) a amené les fabricants à rechercher d'autres moyens de la produire. En fait, c'est le taux de malt nécessaire à la fabrication (67% minimum pour mériter l'appellation) qui détermine le degré de taxation par l'état.

 

Des produits nouveaux issus d'une fabrication totalement différente voient le jour au milieu des années 2000. Appelées "Dai san no biru" (bière de 3eme génération), ce sont des boissons au goût de bière, alcoolisées comme de la bière, de la même couleur que la bière... mais qui ne contiennent pas du tout de malt. Fabriqués avec des pois chinois, du riz, du maïs ou du soja, gazeifiées et alcoolisées, ces boissons ont un moment échappées à la taxation. Mais elles ont vite été rattrapées par le législateur!

Ces boissons "comme de la bière" rencontrent un franc succès car des campagnes publicitaires les vantent comme étant plus saines, moins sucrées et plus diététiques que la bière... Ce marché vise surtout les femmes sont toujours à la recherche de minceur au Japon...

Aujourd'hui, toutes ces boites se ressemblent terriblement et si on ne s'y connait pas un minimum, on peut acheter l'une ou l'autre sans y prêter attention au supermarché.

 

 

Sur cette photo, les bières sont derrière la porte de gauche... là ou il y a un pictogramme "stop" destiné aux enfants.

C'est certainement cette confusion qui fait dire à certains que la bière japonaise n'est pas bonne...

Personnellement, je préfère l'authentique. Je n'aime pas les nouvelles production au goût insipide et à l'odeur indéfinissable. J'ai mes marques préférées:

Asahi super Dry... bien sur.

 

 

Yebisu... de la marque Sapporo

 

 

Premium Malts... de la marque Suntory

 

 

Ichiban Shibori... de la marque Kirin.

 

 

J'ai bien aimé "Orion Originale " à Okinawa.

 

 

 Ou une marque locale à Miyakojima: Tida biru. (La bière du soleil)

 

 

Au Japon, la bière se boit très fraîche. Dans les bars, les verres sont toujours conservés dans des armoires réfrigérées, voire même glacés! Les fûts de "draft" sont également réfrigérés.

La mousse doit être présente et compacte. L'astuce habituelle est de recouvrir la bière d'une mousse artificielle: La manette servant à tirer la bière a une position inversée pour faire couler cette mousse épaisse, inodore et sans saveur que l'on trouve toujours sur la bière japonaise...

 

La dernière invention date du printemps 2012. La mousse est glacée, à -5 degrés! Il faut une machine spéciale pour la servir, fournie par le fabricant. C'est Kirin qui a inventé cette machine. Les autres suivront-ils?

La guerre des bières n'est pas finie!

 

 

 

On en a trouvé dans beaucoup d'endroits en août. Et tout le monde voulait y goûter! Le seul avantage est la fraîcheur. On était sur une terrasse devant la "nouvelle gare" de Tokyo, il faisant très chaud et notre bière est restée froide le temps de la déguster et il restait encore de la mousse au fond du verre. Bien sur, cette mousse n'a aucun goût. Je me demande ce qu'il y mettent pour qu'elle ne fonde pas plus vite... Encore un "miracle" de la chimie.

 

 

Les jeunes générations ne sont pas oubliées par les brasseurs. Depuis quelques années, les enfants peuvent faire "comme les grands" avec les jus de fruits "Kodomo no biru" (Bière des enfants)... 

A chacun son Champomy!

 


 

Qu'inventeront-ils encore cette année?



02/06/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 408 autres membres