JAPON: LE SOLEIL ROUGE

JAPON: LE SOLEIL ROUGE

NOKOGIRIYAMA: La montagne découpée à la scie

Je vous propose une destination atypique quand on est à Tokyo et que l'on (croit qu'on) a déjà tout vu...

En une journée, on va faire une excursion qui mêlera le frisson du vide, la visite d'un temple millénaire et la découverte de centaines de statues... de toutes tailles. Le tout situé dans un site extraordinaire.

Direction la péninsule de Boso, dans le sud de la préfecture de Chiba, au sud-est de Tokyo...

En train, il faut compter environ 2 heures et 2000 yens pour couvrir la distance jusqu'à la gare de Hamakanaya.

C'est un petit port tranquille situé à l'entrée de la baie de Tokyo dominé par une crête montagneuse qui lui a donné son nom: Nokogiriyama signifiant "la montagne en dents de scie"...

IMG_2014.JPG
IMG_2013.JPG

Mais pourquoi venir dans cet endroit perdu au milieu de nulle part...

En fait, l'intérêt est double.

Premièrement, cette montagne, même si elle est d'altitude très modeste n'est pas vraiment naturelle depuis qu'elle a partiellement été utilisée pour l'extraction de pierres lors de la construction de Edo, la capitale du Japon. Les terrains sur lesquels se développait la ville étant majoritairement marécageux, il fallait une grande quantité de pierres pour permettre d'offrir de solides fondations aux constructions.

Peu à peu, les extractions ont modifié la topographie du terrain, le dotant d'impressionnantes falaises.

Cet endroit a également une histoire spirituelle, depuis d'époque de NARA. Le temple "Nihon-ji", Temple du Japon... qui occupe l'autre côté de cette montagne a été créé il y a plus de 1300 ans à la demande de l'Empereur Shômu. C'est le seul temple de cette région à avoir été construit sur l'ordre de cet Empereur.

La frontière entre la carrière de pierres et le temple n'existe pas vraiment, certains tailleurs ayant également donné une valeur spirituelle à leurs travaux.

Nous allons voir tout cela lors de la visite que je vous propose maintenant...

Tout d'abord, une brève description du site:

map.jpg

 

De haut en bas:

 

La gare  et le port de Hamakanaya et le téléphérique (à gauche).

Les anciennes carrières (entourées du premier trait rouge).

Les 1500 Arhats.

Le Daibutsu de Nihon-ji.

La zone du temple Nihon-ji.

La zone Omotesando, entrée du site.

La gare de Hota.

 

Par cette belle et chaude journée d'été, je vais commencer la visite par l'entrée historique du site spirituel en partant de la gare de Hota.

La balade débute au milieu des rizières et des jardins. Une grue s'est envolée à quelques mètres et j'ai suivi son vol jusqu'à l'arbre dans lequel elle s'est posée... J'avais le temps.

IMG_2274.JPGIMG_2261.JPGIMG_2270.JPGIMG_2273.JPG

 

L'entrée du site est plutôt modeste, rien ne laisse présager ce qui va suivre... 

IMG_2257.JPGIMG_2255.JPGIMG_2251.JPGIMG_2246.JPG


Après avoir franchi les piliers, quelques centaines de mètres plus loin, on passe successivement la porte Omotesando et on se recueille devant le Hengaku, pavillon dans lequel sont conservés des images aussi sacrées qu'invisibles. Ensuite, on passe devant l'étang "Shinjike", sensé représenter le coeur du site.

 

Puis, on attaque une longue succession de marches. Au total, sur tout le site, il y en aurait plus de 2600... je ne les ai pas comptées.

Certaines volées de marches sont récentes, d'autres empruntent des tunnels creusés dans la roche. Certaines parties, vers le sommet du site, ne peuvent pas cacher leur âge avancé....

IMG_2042-001.JPGIMG_2153-001.JPG
IMG_2128.JPG
IMG_2038.JPG

 

Nous sommes maintenant arrivés dans la zone à flanc de montagne.

En chemin, je me suis attardé dans une jolie maison de thé donnant sur la mer...

IMG_2226.JPGIMG_2227.JPG
IMG_2240.JPGIMG_2238.JPGIMG_2228.JPG
GOPR1480.JPGIMG_2234.JPG

 

Après ces délicieux thés verts, un mochi et une patisserie, j'ai repris ma progression en direction de Yakushi, un pavillon récemment rénové contrastant avec un temple taillé dans la pierre.

IMG_2214.JPGIMG_2216.JPG
IMG_2217.JPGIMG_0470-003.JPG


D'autres petits temples sont disséminés à flanc de coteau. Nous sommes dans le vrai coeur spirituel du site.

IMG_2221-001.JPG
IMG_0420-001.JPG

 

Le temple "Kenkon Inari" et sa mignonne famille de renards...

 

IMG_2225.JPG

La cloche "Terakane", devenue "Trésor National".


IMG_2213.JPG

 

 

Le temple Daikokuten, plus petit que son nom  laisse l'imaginer.

Sur la dernière photo, on voit un cycas qui a été planté là il y a plus de 800 ans.

IMG_2222.JPG

 

 

La volée de marches suivante me mène sur l'esplanade ou se trouve le Daibustu.

C'est là que les tailleurs de pierres ont contribué à la renommée du site en sculptant dans la montagne cette gigantesque statue de bouddha assis.

IMG_2093.JPGIMG_2105.JPG

 

Son nom est Yakushi Ruriko Nyorai, le bouddha de la médecine et de la guérison. Sa hauteur est de 31 mètres et il a été achevé en 1790 après dix ans de travaux effectués par 27 tailleurs supervisés par l'artiste Jingoro Eirei Ono. C'est également durant cette période qu'ils ont sculpté les 1500 statues de Arhats que nous allons voir par la suite.

IMG_2096.JPG

 

Près de cette statue, on peut voir une représentation du Bosatsu Jizo, protecteur et guide des enfants, entouré de milliers de petites statuettes.

IMG_2106.JPGGOPR1456.JPGIMG_2111.JPGIMG_2113.JPG
IMG_2112.JPG

Les escaliers sont plus anciens et le sentier est parfois taillé dans la roche. Je viens d'atteindre la zone des statues des Arhats .

Ces personnages, qui seraient de l'ordre de 1500 disséminés sur le bord du sentier sont la représentation de moines qui ont atteint l'illumination. Chaque statue présente un visage et une attitude unique.

IMG_2084.JPGIMG_2083.JPGIMG_2088.JPGIMG_2079.JPGIMG_2070-001.JPGIMG_2073.JPGIMG_2075.JPGIMG_2137.JPGIMG_2174.JPGIMG_2169.JPG
IMG_2186.JPGIMG_2157.JPGIMG_2162.JPGIMG_2163.JPG

 

J'en ai mis beaucoup... mais il faut bien cela pour pouvoir montrer l'extraordinaire complexité de cet endroit. 

On peut remarquer que certaines statuettes n'ont pas de tête et que beaucoup ont été replacées. Elles ont été victimes de la campagne anti-bouddhiste qui a suivi la période de la Restauration de Meiji, cet empereur ayant choisi le Shintoïsme comme religion impériale. Beaucoup de têtes n'ont pas encore été retrouvées.


 

Il reste quelques centaines de marches à gravir avant d'atteindre la partie de la montagne exploitée par les tailleurs de pierres.

Nous sommes pratiquement au sommet et parfois le sentier et la nature se mélangent harmonieusement. Cela me permet d'apprécier les beautés de la forêt. Certaines statuettes semblent vouloir se dissimuler des regards dans la végétation...

IMG_2141.JPGIMG_2091.JPG

IMG_2090.JPGIMG_2129-001.JPG

Nous y sommes... au bas des marches menant à la dernière difficulté, je suis dans la carrière. Je progresse dans une sorte de profond canyon. Les murailles sont d'une verticalité absolue, les anciens avaient le coup d'oeil! Des escaliers latéraux ne mènent plus nulle part et s'atteins une esplanade assez extraordinaire...

IMG_2045.JPGIMG_2190.JPG
IMG_2199.JPGIMG_2189.JPG


ici se dresse fièrement la dernière statue sculptée sur ce site. Elle est très récente et a été achevée en 1966, sa construction a demandé six années de travail.  Hyaku-shaku Kannon ou Bouddha Déesse de la Miséricorde, dressée dans sa niche minérale, commémore les victimes de la seconde guerre mondiale. Hyaku signifie "cent " et Shaku est une ancienne unité de mesure représentant environ 30 centimètres. Cette sculpture mesure donc 30 mètres de haut!

IMG_2197.JPGIMG_2195.JPG

En levant les yeux, j'aperçois le bec de "Jidoku nozoki"... ce sera la certainement ma dernière montée de la journée!

Encore quelques centaines de marches...

GOPR1438.JPGIMG_2188.JPG

Ce terme signifie approximativement: "l'aperçu des enfers"... vous allez comprendre pourquoi:

GOPR1440.JPGIMG_2048.JPGIMG_2051.JPGIMG_2059.JPG
IMG_2060.JPGGOPR1443.JPGGOPR1442-002.JPGGOPR1445.JPG

On y va? J'ai filmé l'expérience du "grand vide"... C'est parti pour une "vision des enfers"!


 

Un dernier effort non programmé pour atteindre un dernier sommet "Jushhu Ichiran Dai", l'observatoire des dix provinces, et je peux vous faire un travelling de la baie de Tokyo...


 

Quelques photos pour l'illustrer en détail:

Dans le sud: la péninsule de Boso:

IMG_2202.JPG

 

A l'ouest: le Mont Fuji:

IMG_2061.JPG

 

Mais si, regardez mieux! Il essaie désespérément de se dissimuler derrière les nuages...

IMG_2065.JPG

 

De l'autre côté de la baie, "Lanmark Tower" de Yokohama:

IMG_2203.JPG

 

Et enfin, dans le fond... à une petite centaine de kilomètres...Tokyo Sky Tree!

IMG_2063.JPG

 

Il ne me reste qu'à redescendre par le téléphérique... en observant le vol majestueux des aigles. La boucle est enfin bouclée.

IMG_2027.JPGIMG_2032-001.JPG
IMG_2015.JPGIMG_2021.JPG

 

La gare est distante de quelques centaines de mètres du téléphérique...

IMG_2020.JPGIMG_2017.JPGIMG_2016.JPGIMG_0082-001.JPG

L'entrée du site coûte 600 yens. 

Le téléphérique pour un aller simple revient à 500 yens et un aller/retour à 900 yens.

J'ai pris la journée entière pour tout visiter et faire l'aller/retour de Tokyo.

Un conseil: si vous y allez en été, n'oubliez pas d'emporter de l'eau... 2600 marches par plus de 35°, ça fait beaucoup transpirer!



09/11/2014
11 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 363 autres membres