JAPON: LE SOLEIL ROUGE

JAPON: LE SOLEIL ROUGE

OKINAWA: Le Château de SHURI à Naha

L'archipel de Okinawa fait aujourd'hui partie intégrante du Japon dont il est une préfecture.

Mais cela n'a pas été toujours le cas. Jusqu'en 1879, année de l'annexion par le Japon, cet ensemble d'îles se nommait "l'Archipel des RYUKYU" et était dirigé par un roi.

A l'origine de l'histoire, cet archipel était divisé en trois entités, Hokuzan (Montagne du Nord), Chūzan (Montagne du Milieu) et Nanzan (Montagne du Sud). Chacune commerçait avec ses voisins et le Japon, la Chine et les Philippines. En 1610, le clan AJI, dirigeant la province de Chūzan a envahi ses voisins et unifié l'archipel par la force, créant le royaume des Ryukyu.

Le Royaume vivait de relations commerciales tissées avec les pays du sud-est asiatique, entre les îles Philippines, la Chine, la Corée et le Japon. Le seul moyen de pouvoir exister pour ce petit royaume était de verser chaque année une contribution financière à la Chine, alors pays dominant dans la région.

En 1610, le clan japonais CHIMAZU, du KYUSHU reçoit l'aval du Shogun Toyotomi Hideyoshi pour envahir les Ryukyu. Après une rapide intervention militaire victorieuse, l'archipel ne sera cependant pas occupé visiblement, les japonais préférant privilégier les retombées financières des relations commerciales à l'occupation complète du territoire. 

Les rois du Ryokyu continueront donc à administer l'archipel, la domination japonaise restera discrète et la Chine continuera à recevoir sa contribution financière jusqu'à l'annexion de 1879.

L'île de Okinawa honto était alors le siège de l'administration du Royaume. Le Roi et le gouvernement siégeaient à NAHA, dans le Château SHURI. Cet édifice, bâti sur une ancienne "Gusuku" (forteresse médiévale) fut achevé vers 1425. A travers les âges, il fut détruit à quatre reprises par des incendies, accidentels ou d'origine guerrière. A chaque fois, il fut reconstruit à l'identique. La derniere destruction en date est la conséquence des bombardements américains lors de la bataille de Okinawa lors de la dernière guerre mondiale.

La fin de sa restauration complete date de 1992 et il est inscrit au patrimoine de l'humanité par l'UNESCO depuis 2000.

 

 

On accède au Château par la porte SHUREIMON qui porte l'inscription «Shurei-no-kuni». Ce qui signifie « Le pays des bonnes manières ».

 

 

La suite est eun succession de portes franchissant de hautes et épaisses murailles. On commence par passer la porte principale du château: KANKAIMON.. C'est là qu'étaient accueuillis les visiteurs de marque venant rendre visite au roi.

 

 

Ensuite, on monte les marches permettant de franchir le deuxième mur d'enceinte par la porte ZUISENMON. Elle est surmontée d'une tour de bois encastrée dans les murs.

 

 

La troisième muraille se franchit ensuite par la porte ROUKOKUMON. Seuls les dignitaires qui en avaient l'usage pouvaient franchir cette porte en chaise à porteur.

 

 

Nous ne sommes par encore au bout de nos efforts... Une dernière porte de bois, KOUFUKUMON nous mène sur une esplanade.

 

 

 La suite de la visite devient payante. Après le passage aux caisses, on accèdera ensuite à la triple porte menant au SEIDEN, partie royale du château.

 

 

Le palais principal est constitué de trois étages avec deux niveaux de toiture. Les faîtages du toit sont décorés en forme de dragon sculptés dans le bois. Ceci est une particularité de l'architecture de Ryukyu qui n'a d'égale ni en Chine ni au Japon.

 

 

 On entre dans les bâtiments par la droite de la place. Ces constructions en bois brut se nomment HAKUDEN. L'intérieur est classique. C'est là que se trouvaient les salles de travail des ministres et des fonctionnaires. A noter que ce bâtiment n'a jamais été peint. Donc sa dernière reconstruction ne l'a pas été non plus....

 


 

 Une fonctionnaire au travail?

 

La partie centrale a fait l'objet de fouilles lors de sa reconstruction. C'est ainsi que l'on s'est aperçu que les fondations de l'édifice sont posées sur les mrailles d'une ancienne forteresse médiévale.

 

 

La couleur des boiseries et piliers vire au rouge quand on entre dans la partie Royale de l'édifice.

Au premier étage du palais, appelé Shichagui, se déroulaient les cérémonies importantes et les conférences tenues par le roi et les hauts fonctionnaires. Le roi se tenait sur l'Usasuka, Sur l'Hirausasuka, la plate-forme devant le trone, se tenaient les enfants et les petit-enfants du souverain. l'Ochokui, l'escalier derrière le trône, cachée par un mur coulissant était utilisé exclusivement par le monarque.

 

 

L'Usasuka, le trône royal se situe au second étage appelé Ufugui où se déroulaient les cérémonies royales. Toujours au deuxième étage était le Karahafu, une petite pièce en face du trône et qui donnait sur ​​la place principale. C'est d'ici que le premier jour de l'année, le roi passait en revue les fonctionnaires alignés dans la cour.

 

 

 En quittant le palais, on peut admirer la vue sur la baie de Naha

 

 

On quitte les lieux par la porte Houshinmon, située à l'arrère du palais SEIDEN, puis la porte Uekimon qui mène à une voie pavée.

 

 

 Au bas de cette pente, on trouve une réserve d'eau, Sunga-hija, résultant d'un complexe réseau d'irrigation du site.

 

 

Juste à côté de cette source se trouve la dernière porte permettant de franchir les murailles: Kyukeimon. A noter que c'est par là qu'entrait le futur roi lors de la cérémonie d'inverstiture suite à la mort du souverain régnant.

 

 

A noter, à l'extérieur de l'enceinte des murailles, une petite porte entourée d'arbres. Aujourd'hui, elle ne mène nulle part, mais à l'époque elle était utilisée par le roi lorsqu'il quittait le château.

Suimui-utaki est un lieu sacré. Selon la mythologie des îles Ryukyu, ce site aurait été créé des mains des dieux. 

 

 

 Non loin de là poussait un AKAGI, arbre géant dont certaines branches mesuraient un mètre de diamètre. Certaines passaient au dessus des murailles, apportant de l'ombre. Il a malheureusement souffert sous les bombardements américains. Les branches épargnées par les bombes n'ont pas survécu au premier typhon, laisant seul le tronc affronter les années. Mais la nature se renouvelle toujours et, on peut voir aujourd'hui qu'un autre arbre, un AKOU, s'est servi du squelette du géant originel pour s'élever et développer sa végétation.

 

 

La visite du château de Shuri est terminée...



17/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 400 autres membres