JAPON: LE SOLEIL ROUGE

JAPON: LE SOLEIL ROUGE

Fujisan: l'ascension d'une vie.

"Celui qui monte une fois au sommet de Fujisan est un sage, celui qui le fait deux fois est un fou"...

Cette citation hantait mon esprit depuis quelques années. Cette montagne est sacrée, donc seul un sage peut y accéder... mais pourquoi la deuxième partie de la citation?

"Il faudra bien que je le fasse cela une fois dans ma vie..."

C'est la réflexion que je m'étais faite en regardant le sommet tout en me prélassant sur la terrasse de l'un des hôtels de la 5 éme station qui offrent une vue imprenable sur la montagne.... 

 

SANY0199.JPG

 

C'était il y a quelques années maintenant, lors d'un bref séjour effectué à Kawaguchiko, la ville la plus proche.

Et puis le temps a passé...

Nous sommes bien sur retournés chaque année au Japon, et j'avais d'autres endroits à visiter. Fujisan n'était plus ma priorité du moment.

Cette année là, au printemps, j'ai senti que le "poids" des ans commençait à se faire sentir et comme cela ne va pas s'arranger à l'avenir, je me suis dit que le moment était peut-être venu... Ce sera pour cette fois ci ou alors je ne serai jamais plus en mesure de le faire... on ne sait jamais.

 

Comme ce n'est pas dans mes habitudes de laisser beaucoup de place au hasard, surtout lorsque je ne maîtrise  absolument rien, je me suis un peu renseigné sur la question. 

Le Mont Fuji, appelé "Fujisan" par tous les japonais, culmine à 3776 mètres. Même en plein été, il peut geler à son sommet, surtout la nuit. Le vent peut y souffler très fort et il est donc préférable d'être bien équipé. Comme mon ambition est de voir le soleil se lever du sommet, c'est là un aspect à ne pas négliger.

Donc il me faut un équipement. Le prix d'achat ponctuel de matériel, qui ne servira qu'un seule fois étant disproportionné par rapport à l'événement, j'ai opté pour la location. Après avoir étudié diverses possibilités, j'ai choisi l'achat d'un pack comprenant le trajet aller retour de Tokyo Shinjuku en bus, la location de matériel et le concours d'un guide. (C'est la compagnie de transport "Willer Express" qui proposait ce pack).

Départ à 7h00 de Shinjuku... et quelques heures après, on passe au niveau de FujiQ, le parc d'attractions de Kawaguchiko...

 

IMG_1554.JPGIMG_1556.JPG

 

La montagne est là, occupant tout l'horizon...  

Vue sous cet angle et à cette distance, monter à son sommet semble n'être qu'une partie de plaisir. Il fait beau, quelques heures d'une balade de santé et on sera la haut... 

On arrive ensuite au camp de base: le "nouveau" 5 ème niveau que je connais pour y être déjà venu à deux reprises.

La première fois remonte au début des années 90... On avait fait le trajet en bus de Nagoya. Il pleuvait et noyés dans le brouillard, on n'avait rien vu du tout!

La deuxième m'avait mis en tête l'idée saugrenue de monter là haut...

 

IMG_1563.JPGIMG_1559.JPG
IMG_1564.JPG
IMG_1565.JPG


Le temps de s'équiper... enfin pour moi juste celui de mettre mes chaussures de randonnée et on est prêts pour le départ...

Je préfère vous prévenir tout de suite,, cela va être long pour tout le monde: pour moi qui suis monté (et redescendu) et pour vous qui allez me suivre dans la découverte de plus d'une centaine de photos et films retraçant ce parcours.

Serez-vous aussi résistants que je l'ai été?

"Gambarimasse, ikimasho!" (Courage, on y va!)

Yoshida est le nom de la voie partant de la 5ème station de Kawaguchiko. C'est la plus fréquentée en raison de la présence d'un grand parking à la station et de nombreux abris édifiés jusqu'au sommet. Au total, quatre voies permettent de gravir la montagne. Les autres sont Fujinomiya, Subashiri et Gotenba.

 

voies d'accès.jpg

 

On est à 2300 mètres d'altitude, la piste est plate au départ. Il faut en profiter, je pense que cela ne va pas durer... Cool

 

IMG_1562.JPG

On s'en serait doutés, cela ne pouvait pas durer longtemps... On commence logiquement à grimper dans la forêt.

 

 

C'est la partie la plus élevée de "Aokogahara", la grande forêt couvrant la base du mont Fuji. Cet endroit particulièrement inaccessible est réputé comme étant un des meilleurs endroits pour réussir sa tentative de suicide... 108 personnes se sont suicidées en 2004 et en 2010 il y a eu 54 réussites pour 247 tentatives. A noter que le mois le plus prolifique est mars, à la fin de l'année fiscale au Japon... 

Mais laissons ses malheureux à leur funeste sort et continuons notre progression.

 

GOPR1171.JPGGOPR1185.JPG

 

Un jeu d'enfant... et d'anciens.

La voie est bien protégée par des barrières qui arrêtent les pierres pouvant dévaler la pente, décrochées par les pas des marcheurs.

Efficace, mais l'esthétique laisse à désirer!




La 6 eme station ressemble à un vaste chantier de terrassement...

 

GOPR1178.JPG
GOPR1183.JPG

 

Après quelques virages, ce panneau: 4,3 Kms de montée en 320 minutes...

Au fait, 320 minutes, cela fait5 heures et 20 minutes quand même et on est partis de la 5 éme station depuis déjà une petite heure!

Finalement, je commence à me dire que ce ne sera pas qu'une simple balade de santé.

De plus, il fait très beau, pas de vent et des températures assez exceptionnelles. Qui a dit qu'il fait frais en montagne?

 

Là, on attaque les choses sérieuses: une belle coulée de lave aux pics bien acérés et tranchants au possible. Même pas peur, j'ai de bonnes chaussures de randonnée!

 

 

On arrive au premier refuge, "Hanagoya", à 2700 mètres d'altitude.

 

IMG_1567.JPGIMG_1570.JPG
IMG_1571.JPG
IMG_1574.JPG
IMG_1577.JPG
IMG_1578.JPG

Et cela va continuer ainsi: quelques centaines de mètres d'ascension puis une ou deux baraques avec possibilité de restauration, d'acheter des boissons... on est loin des randonnées en solitaire!

Ces étapes intermédiaires sont situées entre les "vraies" étapes historiques, au nombre de 10 commençant  la base du volcan.

 

GOPR1190.JPG


IMG_1579.JPG
IMG_1587.JPG

En fait, je commence à me rendre compte que c'est un peu plus difficile que je l'avais imaginé, même si on peut voir que le sentier est aménagé avec certains passages comportant des escalier et que cela monte sans discontinuer, pratiquement suivant la même pente. Au bout de quelques kilomètres, l'altitude semble rendre les pas plus lourds, les muscles des jambes durcissent et le souffle se fait plus court. Pour moi qui n'ai aucune expérience de la randonnée et de la montagne, cela commence à être difficile. D'autres peuvent même avoir des maux de tête épouvantables.

Certaines baraques semblent être comme accrochées à la montagne.

 

 IMG_1581.JPG

 

On arrive enfin à la 7eme station, "Torii-so" à 2900 mètres d'altitude... je reprends mon souffle!

 

GOPR1203.JPG

 GOPR1205.JPG

IMG_1591.JPG

 

Je contemple le chemin parcouru...

 

IMG_1602.JPG

 

...et je mesure les difficultés qu'il me reste à affronter!

Bizarrement, elles me semblent plus importantes que le chemin déjà effectué...

 

IMG_1597.JPG

 

(Je vais calmer un peu mes ardeurs de cinéaste car j'ai déjà utilisé plus d'une batterie de la gopro... je vais donc  en garder un peu pour le sommet!)

C'est reparti... Le brouillard qui jouait à cache cache depuis le départ vient nous envelopper de son manteau blanc. Si on y voit moins bien, on a moins chaud, c'est toujours cela de gagné!

 

GOPR1207.JPGGOPR1209.JPG

 

Mon guide consulte ses mails... cool! Il est en bien meilleure forme que moi, heureusement pour lui!

 

GOPR1211.JPG

 

La progression est de plus en plus lente et les difficultés se succèdent. 

 

GOPR1213.JPG

 

Comme sortant de la brume apparaît une nouvelle station... la 8eme, enfin?

 

GOPR1215.JPG

 

Raté, ce n'est que la "nouvelle 8eme"...  bien avant la station historique. Une halte bienvenue mais désespérante quand pour qui croyait toucher au but.

 


GOPR1224.JPG

 

Plus "que"... trois heures seulement avant le sommet!

Tout va bien, je suis juste épuisé.

 

GOPR1221.JPG

 

Le ciel se dégage soudain et on voit mieux la piste...

Marcher, éviter de poser le pied sur les cailloux qui roulent dans la poussière, marcher, éviter de regarder là haut...

La tête se vide, le corps s'épuise.

Seul le réflexe de la marche pousse à aller de l'avant, pas à pas.

Je commence vraiment à subir le relatif manque d'oxygène et surtout je suis "victime" des effets secondaires de ma totale absence d'entrainement!

 

GOPR1227.JPGGOPR1229.JPG
GOPR1225.JPG

Quand je regarde vers le bas, je me dis que d'autres ont encore beaucoup de chemin à parcourir... on se console comme on peut dans les moments difficiles!

 

GOPR1228.JPG

 

Et surtout, j'évite de regarder en haut, inutile de se mettre un coup au moral en plus des souffrances physiques.

 

Enfin, la voilà! 

La 8éme station historique!!!

Synonyme de la fin de mon calvaire, du moins pour aujourd'hui. 

Je vais passer la nuit ici... enfin une partie de la nuit car il faudra se lever avant 3h00 pour finir de grimper le dernier kilomètre afin de voir le lever du soleil.

Je vais profiter de ces heures de repos pour tenter de retrouver des forces en allant m'écrouler dans un dortoir.

 

GOPR1240.JPG

GOPR1248.JPGGOPR1247.JPG

GOPR1239.JPG
IMG_1628.JPGIMG_1626.JPG

 

C'est en voyant cette photo que je me rends compte que j'étais un peu fatigué...

 

GOPR1236.JPG

 

Le hall de "Fujisan Hôtel" et la salle à manger... presque un "palace", compte tenu des circonstances.

 

GOPR1258.JPG
GOPR1259.JPG

 

J'ai pris le temps de faire une petite prière dans le but d'arriver au sommet entier...

 

GOPR1260.JPG

 

... avant de déguster le meilleur "curry-steack haché-riz-miso" du monde! (Menu unique).

 

GOPR1254.JPG
GOPR1253.JPG

 

Demain, je serai là haut!

 

GOPR1257.JPG

 

Mais cette nuit, je la passe là... dans la promiscuité d'un dortoir, entouré par les ronflements des dormeurs épuisés...

Bref, je n'ai pas fermé l'oeil de la (courte) nuit!

 

Capture plein écran 22122014 104303.jpg

 

Alors que pendant ce temps, d'autres dorment tranquillement dans la plaine.

 

IMG_1637.JPG

 

 Réveil matinal... "Mais on n'a pas dormi" !!!... 

J'ai juste l'impression d'avoir à peine fermé les yeux et cherché le repos au milieu des ronflements du dortoir.

Il faut s'équiper dans le noir: blouson et lampe frontale impératifs. Au pire, si il fait très froid, j'aurai un sur-pantalon coupe vent... mais il n'y a pas de vent cette nuit. C'est même une des plus douces qu'a connu mon guide.

Les étoiles brillent dans le ciel, l'aube devrait être belle!

C'est parti pour le dernier kilomètre d'ascension.

Mais on n'est pas les seuls à avoir eu cette brillante idée!

 

IMG_1638.JPG

On n'avancet pas vite, un vrai embouteillage. A cette vitesse, on n'est pas prêt d'arriver...

Heureusement que le guide, compris dans le "Willer pack" a plus d'un tour dans son sac à dos et connait parfaitement les chemins de traverse.

On a fait peut être un détour, mais on arrive au sommet bien avant le lever du soleil.

 

IMG_1642.JPG

 

Il ne reste qu'à trouver un endroit tranquille, à l'écart de la foule qui se masse de part et d'autre de l'arrivée.

On a décidé de faire le tour du cratère, et c'est donc sur un versant peu fréquenté, vers le sommet "Jojugatake" que l'on attend l'arrivée de l'astre solaire...

 

GOPR1266.JPGIMG_1649.JPG
IMG_1665.JPG
IMG_1673.JPG
IMG_1682.JPG
IMG_1691.JPG
IMG_1694.JPG



Le tour du cratère fait environ deux kilomètres. Kengamine, le sommet le plus haut est situé de l'autre côté par rapport à l'arrivée de la voie Yoshida. Une station météo fut construite à cet endroit. Elle est actuellement hors d'usage, mais n'a pas été démontée.

 

IMG_1644.JPGIMG_1659.JPG

Il subsistait quelques névés dans le cratère en ce 1er août.

 

Il va encore falloir grimper pour arriver là haut!

Mais avant, on va passer par la poste, au cas où quelqu'un voudrait envoyer une petite carte!

Et oui, il y a un bureau de poste au sommet de Fujisan. Il est même ouvert tous les jours pendant la saison touristique.

 

IMG_1700.JPGIMG_1701.JPG

Elle est construite à l'arrivée d'une autre voie d'ascension, Fujinomiya, marquée par un torii.

A noter que compte tenu de son caractère sacré, l'ascension de Fujisan était interdite aux femmes jusqu'à la révolution Meiji.

Près de la poste, un autre torii marque l'arrivée de la voie Murayama.

 

Poursuivons notre avancée vers le sommet...

 

IMG_1707.JPG

 

On remonte maintenant vers la voie la plus ancienne, celle qui a été empruntée par la première personne à avoir escaladé la montagne: le moine En no Gyoja aidé par un cheval en 663.

 Un peu à l'écart de la voie principale, on peut voir le petit mausolée à la gloire de son cheval.

 

IMG_1708.JPG

IMG_1711.JPG

 

A noter que selon la légende, le moine avait utilisé un miroir sphérique pour protéger les yeux de son cheval de la lumière du soleil et du vent...

L'arrivée de la voie empruntée par le moine est également marquée par un torii.

 

IMG_1712.JPG

 

Continuons notre progression pour arriver à... un chantier de rénovation du sanctuaire "shengen Taisha Okumiya" situé au sommet de la montagne.

 

IMG_1714.JPG

 

Il faut toujours avoir un regard en arrière...

 

IMG_1720.JPG

 

Ce torii est placé sur "Jojugatake", un des 8 sommets ponctuant le tour du cratère.

 

Il me reste un dernier effort à fournir: celui permettant d'accéder au sommet: "Ken-ga-mine", et atteindre les 3776 mètres d'altitude.

 

IMG_1722.JPG

 

Cette petite grimpette à pratiquement 45% de dénivelée va pratiquement achever... les derniers mètres, les pieds dans les cendres me furent quasiment infranchissables. 

En chemin, je profite d'un arrêt impératif afin reprendre ma respiration pour faire cette photo:

 

IMG_1726.JPG

 

Me voici au sommet du Japon...

Un moment unique dans ma vie: je l'ai fait!

 

IMG_1728.JPG

GOPR1271.JPG
IMG_1729.JPG
IMG_1733.JPG
IMG_1738.JPG

On termine ce tour d'horizon par deux aspects incontournables du Japon... le sacré et le commerce.

 

IMG_1750.JPG

 

Le sanctuaire "Kusushi", le plus élevé du pays.

 

Et une des boutiques de la rue commerçante appelée "Fuji Ginza"...

 

 

IMG_1753.JPG

 

Et oui, même ici, à 3776 mètres d'altitude on trouve des sanctuaires et magasins...

Je ne pensais pas en voir dans ce lieu et cela explique peut être la deuxième partie de la maxime que j'énonçais en début d'article...

Je pense que je ne serai pas assez fou pour le refaire.

On est bien loin de ce que j'imaginais.

 

IMG_1757.JPGIMG_1760.JPG

La descente ne fut qu'une formalité... de quelques heures passées à dévaler la pente dans la poussière. 

 

IMG_1761.JPG

 

A noter qu'on ne prend pas la même voie que pour monter, celle-ci est également empruntée par des engins chenillés qui transportent victuailles et "souvenirs" jusqu'au sommet... encore un mythe qui tombe.

Après un arrêt à "l'hôtel" pour un rapide déjeuner, il ne reste qu'à rentrer au 5 éme niveau pour reprendre le bus.

 

IMG_1768.JPG
IMG_1767.JPG

 

Un dernier regard vers le géant qui domine les montagnes russes de FujiQ...

 

IMG_1787.JPG

 

... et je sens le sommeil m'envahir.

 

Bien sur, mon rêve était là haut...

 

Panorama_from_top_of_Fuji.jpg

 

Une carte de la voie empruntée pour vous situer les différents points... 

 

img_yoshida_map_b.jpg



22/12/2014
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 460 autres membres