JAPON: LE SOLEIL ROUGE

JAPON: LE SOLEIL ROUGE

Koyasan: le cimetière Okuno-in

Nous sommes à Koyasan, dans la préfecture de Wakayama, à 60 Kms de Osaka, dans la montagne la plus sacrée du Japon.

Nous arrivons enfin au cimetière de Okuno-in...

Si vous avez suivi l’histoire de ma progression au départ de Osaka et toute ma découverte de Koyasan, le site n'a plus beaucoup de secret pour vous. Reste à découvrir ce qui, pour moi est la partie la plus importante et la plus sacrée de cette montagne.

A la fin de sa vie, le fondateur de ce site bouddhiste, le moine Kûkai, qui sera appelé "Kôbô Daichi" (le Grand Maître de l'Enseignement) à titre posthume par l'Empereur Daigo, a émis le voeux de demeurer pour l'éternité près d'un des huit sommets qui caractérisent le site de Koyasan comme semblable à une fleur de lotus.

C'est donc à l'extrémité Est du site qu'il fit édifier son sanctuaire, le Gobyo. Okuno-in signifiant: le temple du fond...

Selon la croyance bouddhiste de la secte Shingon, Kûkai ne serait pas mort mais est simplement entré en méditation éternelle en mars 835. Il veille toujours sur Koyasan et apporte aide et réconfort aux demandeurs de la vie éternelle.

Selon la prophétie, après 1200 ans de méditation, il sortira de sa retraite pour consacrer le futur Bouddha, "Miroku Nyorai" qui sauvera ultimement le monde. A ce moment, tous ceux qui attendent près de lui se lèveront à sa suite et tous formeront le cortège accueillant le sauveur... C'est un peu pour cela que l'on dénombre plus de 200 000 tombes dans cet environnement. Si je sais encore compter, c'est le 21 mars 2035 que va se produire cette prophétie quelque peu apocalyptique...

Bon, on a encore le temps de faire tranquillement le tour du cimetière avant que ses occupants se réveillent...

Capture plein écran 01012014 224409.jpg

L'entrée historique principale est le premier pont, Ichi-no-hashi. C'est ici que Kûkai attend tous les visiteurs qui se recueillent avec dévotion, les mains jointes, pour faire le chemin avec eux par la pensée.

172okunoinentrancear6.jpg

Le site est naturellement séparé en trois zones car coupé par trois cours d'eau. Nous commençons par la partie entre Ichi-no-hashi et le pont du milieu, Naka-no-hashi. Je vous propose une longue galerie composée de photos prises dans cette zone.

 

 Naka-no-hashi ne marque pas de changement dans l'architecture des sépultures. Traditionnellement, avant de franchir ce pont, les pèlerins devaient se laver les pieds dans la rivière appelée Kin-no-kawa... la rivière d'or. Le franchissement de cet ouvrage marque traditionnellement l'entrée dans le royaume des morts...

Nous allons poursuivre la visite en photos jusqu'à Gobyo-no-hashi.

 

Juste avant le pont sacré Gobyo-no-hashi, on arrive à un ensemble de temples, Gokusho, le temple des offandes ou est toujours préparé le traditionnel repas végétarien qui est déposé chaque jour devant le sanctuaire de Kûkai. 

Le long de la rivière Tamagawa se trouve un alignement de Jizo Mizumuke (qui sont arrosés d'eau), aspergés en permanence par les visiteurs.

 

 

Le pont Gobyo-no-hashi marque le lieu à partir duquel il est interdit de boire, manger, fumer et prendre des photos. Voici les dernières que j'ai prises avant de pénétrer dans ce lieu sacré...

IMG_0091.JPGtamagawa ex voto.jpg

Ces ex-voto sont placés dans le lit de rivière à côté du pont pour aider les bébés décédés nouveau nés ou suite à des fausses couches à traverser pour rejoindre Kôbo Daishi car ils n'ont pas accompli assez de bonnes actions durant leur vie pour pouvoir la franchir seuls...

IMG_0056.JPGIMG_0066.JPG

C'est la dernière photo que j'ai prise au téléobjectif avant d'entrer dans le site ultime de Okunoin. Là se trouve le Torodo, bâtiment ou brûlent en permanence 10000 lanternes entretenues par les moines. Quatre d'entre elles seraient allumées depuis plus de 1000 ans...

J'ai trouvé des photos sur internet, je vais les placer ici, elles ne sont pas de moi. je ne ferai pas de publicité aux sites qui les ont publiées.

Torodo1.jpgTorodo2.jpgTorodo_hall.jpgTorodo.jpg

On arrive au Gobyo, placé derrière le Todoro, lieu fermé dans lequel Kûkai serait actuellement en méditation éternelle...
Pas de photo de moi non plus, mais on trouve tout sur internet qui ne connait pas les interdits...

Gobyo.jpg

Bizarrement, même si on n'a aucune croyance, on se sent un peu différent en redescendant de cet endroit...

Sur le chemin du retour, après le pont et le temple Gokusho, le regard est attiré par un monticule composé de milliers de statuettes de Jizo, ce Boddisattva protecteur des enfants.

 

 Notre visite du site historique de Koyasan se termine ici. Si on redescend par le chemin de gauche, vers le parking des automobiles, on traverse un partie plus récente du cimetière. On peut y voir des tombes en forme d'avions, de fusées construites par des entreprises... 

J'ai préféré rester dans la partie traditionnelle, plus chargée d'histoire.

Pour les férus d'histoire justement, je vais vous proposer quelques photos de  sépultures de personnages célèbres... au Japon, bien sur.

IMG_0048.JPG

Matsudaira Hideyatsu et sa mère. Deuxième fils de Leyatsu Tokugawa, Premier Shogun de la dynastie. Samouraï de renom, il fut Daimyo du château de Echizen...

 

IMG_0098.JPG

Ogo Shonin. Moine qui a oeuvré toute sa vie à la restauration de Koyasan. Habile négociateur, il fit épargner le site d'une attaque de l'armée de Toyotomi Hideyoshi, un des unificateurs du Japon féodal.

 

IMG_0111.JPG

Toyotomi Hideyoshi... Après avoir épargné Koyasan et en être devenu le protecteur, il a choisi de se faire inhumer en ces lieux... bien entendu!

 

IMG_0117.JPG

Sugen fille de Toyotomi Hideyoshi, elle fut la femme de Hidetada Tokugawa, deuxième Shogun de la dynastie. A noter que son Stupa mesure près de 7 mètres de hauteur...

 

IMG_0045.JPG

Shirnan-shonin, moine fondateur de la secte de Jodo-shu.

 

IMG_0041.JPG

Asano Yoshinaga. Daimyo et Samouraï, il fut un des principaux généraux de Leyatsu Tokugawa. 

 

IMG_0120.JPG

Monument pour le repos des soldats morts en Birmanie lors de la dernière guerre mondiale.

 

basho.jpg

Monument gravé d'un "Haïku" composé à la mémoire de ses parents par le poète Bashô Matsuo.

Je vais arrêter là cette énumération infinie... il y aurait certainement une histoire à raconter sur chacune des 200 000 stèles édifiées en ce lieu.

Mais partout Kukai veille...

IMG_0142.JPG

 

Un dernier détail... partout des cèdres plus que centenaires se dressent fièrement, résistants aux typhons, aux tremblements de terre et à toutes les intempéries. Cela ajoute à l'ambiance du lieu, mais la forme vrillée particulière  à leur tronc a inspiré certains ingénieurs pour la construction d'un édifice hors normes...

IMG_0143.JPGSANY0780.JPG

La nature est bonne conseillère...



01/01/2014
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 474 autres membres