JAPON: LE SOLEIL ROUGE

JAPON: LE SOLEIL ROUGE

Le pont du Japon: NIHONBASHI

 

 Nous sommes au 17 éme siècle et le développement commercial de EDO, ancien nom de TOKYO s'accélère. Les activités sont alors concentrées dans le quartier proche de Sumida-gawa. On y trouve en particulier le marché aux poissons "EDO-ERA", version ancestrale de l'actuel marché aux poissons "TSUKIJI".

La distribution des marchandises aux particuliers évolue également et c'est dans ce quartier que les ancêtres des grands magasins voient le jour. C'est en 1883 que "MITSUKOSHI", que l'on peut considérer comme le premier "departement store" du Japon, est construit. C'est le premier endroit où des particuliers peuvent venir acheter toutes sortes de denrées en payant en cash. Cette enseigne existe toujours, au même endroit et a récemment fusionné avec "ISETAN".

Ce lieu devient le point principal du commerce de EDO. Pour transporter toutes ces marchandises, deux routes sont construites vers la capitale, KYOTO: "NAKASENDO" qui part vers le nord-ouest puis traverse les montagnes du centre et "TOKAÏDO" qui part vers le sud-ouest puis longe la côte du Pacific. Le point d'origine de ces routes est le milieu d'un pont sur un affluent de Sumida-gawa, dans le coeur du quartier.

Ce pont de bois s'appelle EDO-BASHI. Trois autres routes sont également construites à partir de ce pont et relient les principales provinces de HONSHU.

De nos jours, les distances séparant les villes par rapport à Tokyo prennent encore ce pont comme point d'origine.

 

 

 Une maquette de ce pont est visible au musée 'EDO-TOKYO".

 

 

 Il sera ensuite remplacé par un pont de pierre et prendra alors le nom de NIHONBASHI, comme tout le quartier.

 

 

Pour se mettre en conformité avec les exigences du CIO afin de pouvoir organiser les Jeux Olympiques de 1964, TOKYO se dote d'un réseau autoroutier ultra moderne en faisant passer des ouvrages d'art en pleine ville. Malheureusement, le trajet de l'une d'entre elles surplombe la rivière maintenant appellée Nihonbashi-gawa. Le pont historique est coiffé de béton et complètement dénaturé. Même si d'énormes pétitions on demandé le déplacement de l'autoroute, il n'y a que très peu de chances qu'il revoit un jour le soleil...

 

 

Il est regrettable de voir ce témoignage d'un passé glorieux écrasé par l'évolution galopante du modernisme.

 

 

Mais ici, comme partout au Japon, modernisme et traditions ne sont jamais très éloignés.



30/10/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 436 autres membres