JAPON: LE SOLEIL ROUGE

JAPON: LE SOLEIL ROUGE

Les fêtes de fin d'année dans le Kansai

C'est parti!!! Pour un peu plus de deux semaines.

La France gelait en ce 18 décembre quand notre avion de la compagnie Lufthansa a décollé sans problème de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry. Mais pas sans retard car il avait déjà perdu une bonne demie heure en venant de Francfort. Le temps de changer de passagers et il retournait en Allemagne, et nous à son bord.


Belle vue du sommet du Mont Blanc émergeant des nuages...

 

Que du bonheur! Juste le temps de changer de terminal et on embarque dans notre Airbus pour décoller vers le Japon.

Seul problème: En Allemagne, il fait encore plus froid qu'en France et le verglas s'est même invité sur cette partie de l'aéroport.. Il a fallu plusieurs heures aux services de l'aéroport pour sécuriser la piste.

J'en ai profité pour faire une petite sieste, comme je sais très bien que je ne fermerai pas l'œil de tout le voyage, ce sera toujours cela de pris à la fatigue.

Objectif principal de ce voyage: manger! La nourriture de l'hiver sous toutes ses formes avec un faible pour le Suabu-Shabu, le Yakiniku, Les kaiten suschi, quelques restaurants divers et surtout enfin gouter au fameux FUGU, poisson au gout étrange mais également poison mortel si il est mal préparé! Au programme, également: AMANOHASHIDATE, là ou un dragon semble sortir de la mer... On en profitera pour faire une ballade sur la côte de la mer du Japon avec séjour dans une auberge paradisiaque... sans compter quelques visites à Osaka pour y voir les illuminations

Le secret de la réussite d'un tel voyage: une préparation minutieuse, bien entendu. Et Machiko a déjà tout prévu, pratiquement tout réservé. Donc j'ai le loisir de temps de rêver longuement à tout cela.

Avec près de quatre heures de retard, on atterrit enfin sur l'îlot artificiel sur lequel est construit l'aéroport de Kansai dans le sud de Osaka.

  

 

Bienvenue au Japon!

Sans perdre de temps, on prend nos billets pour le transfert en bus vers Kyoto, distant d'environ 80 Km. C'est encore le moyen de transport le moins cher et le plus direct jusqu'à destination. On rejoint la terre ferme par le pont qui relie l'aéroport.

  

  

 

L'autoroute qui longe Osaka et traverse la ville dans sa partie sud-est est de type urbain. Comme tous les autoroutes qui traversent les villes du Japon, c'est un pont interminable qui serpente entre les constructions en dominant le sol d'une vingtaine de mètres.

Les Japonais sont passionnés de golf. Comme il n'y a pas assez d'espace pour y construire des parcours de 18 trous, surtout en ville, ils pratiquent ce sport dans des stades. Si la place manque encore pour semer de la pelouse, pourquoi pas utiliser un ancien bassin rempli d'eau?  Au loin, on a pu apercevoir les tours du quartier de Umeda.

  

  

Quand on opère la jonction avec l'autoroute joignant Osaka à Kyoto, le paysage se limite pratiquement aux imposants murs anti-bruit construits pour protéger les habitations proches de l'autoroute.

 

 

La circulation était fluide en ce samedi après midi et nous avons vite rejoint Kyoto. L'arrêt de bus est situé au sud de Kyoto Station. Comme cette année nous avons loué un appartement sur Karasuma dori, à deux pas au nord de la gare, il nous a suffit d'emprunter le passage souterrain pour franchir la gare et de prolonger par la galerie, puis de remonter au nord est au carrefour ou se situe un magasin 24 heures LAWSON pour nous retrouver très proches de notre "chez nous". Froid de canard à l'arrivée, autant à l'extérieur que dans l'appartrement. Il faudra bien deux jours de chauffage intensif avant que la température se stabilise à un niveau correct... sauf pour le plancher glacial. (voir l'article sur l'appartement dans le blog).

Juste le temps de passer un coup de fil pour prévenir Obaachan (traduction: Grand mère) de notre arrivée, de retourner à la gare et prendre le train afin de la rejoindre à Yamashina-ku, arrondissement excentré de Kyoto ou elle réside, de la prendre en taxi et on a enfin pu déguster un bon repas bien mérité dans un "kaiten sushi".

 

 

Oishiiiii!!!!!!!!!!!! (C'est bon!!!).

Il ne nous reste ensuite qu'à ramener Obaachan chez elle, retourner à la gare de Yamashina pour prendre un train pour Kyoto station afin de rentrer se coucher... c'est quel jour en France? Nous avons un peu perdu la notion du temps!

 

Un dernier regard aux couleurs de Kyoto Tower et on rentre se coucher. Demain est un autre jour, les illuminations de Osaka nous attendent!!!



20/12/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 638 autres membres