JAPON: LE SOLEIL ROUGE

JAPON: LE SOLEIL ROUGE

SHINJUKU GYOEN: "Hyde Park" en plein TOKYO!

J’adore les jardins et les parcs japonais…

Il s’en dégage une impression intemporelle et ils me donnent la vague impression de me trouver à la croisée de deux univers, entre la vie trépidante actuelle et la quiétude d’un monde éternel. Lorsque je les parcoure, je m’imprègne de chaque détail, je me plonge dans chaque scène dont l’image restera gravée dans ma mémoire pour longtemps. Je me sens comme transporté aux frontières du réel et de l’invisible, durant ce qui me semble être une « éphémère éternité ». Le monde bruyamment agressif des villes japonaises disparaît aussitôt que je franchis la porte de ces paradis. J’y oublie le présent, comme habité par une communion totale avec la nature… Je deviens zen.

 

 

Je vous propose de visiter le parc de « SHINJUKU GYOEN », situé à une dizaine de minutes à l'Est de la gare de Shinjuku et à deux pas de la sortie du métro Shinjuku Sanchome. Il est ouvert toute la semaine de 9h00 à 16h30, sauf le lundi, pour la modique somme de 200 yens. A noter: il est très fréquenté durant la période de floraison des cerisiers. Il y en a 1500, de différentes variétés assurant une floraison étalée entre fin mars et fin avril en année normale.

 

 

HANAMI pendant un mois!

 

Historiquement, cet endroit appartenait à Ieyatsu Tokugawa. Lorsqu’il a construit le Château de EDO, il en a fait cadeau à un de ses fidèles disciples et compagnon d’armes, le Daimio "NAITÔ"… en échange d’autres possessions qui lui ont ensuite permis d’accéder au rang de Shogun.

A la restauration de Meiji, il est devenu un jardin impérial et a été géré par l’Agence des Jardins Impériaux du Japon. Il a ensuite servi de station expérimentale pour la culture de fruits et légumes. C’est ce qui lui a permis de traverser les époques Meiji et Taisho sans être urbanisé. Lors de l’exposition Universelle de Paris, Hayato Kukuba, président du site de Shinjuku Imperal Garden a présenté avec succès des compositions de chrysanthèmes. Il en a profité pour demander à Henri Martine, Professeur à l’Ecole Horticole de Versailles de l’aider à transformer le jardin botanique de Shinjuku en jardin paysager...

Les modifications ont été terminé en 1906 avec notamment l’adjonction d’un jardin "à la française", suivant les plans du Professeur Martine..

 

 

Sa destruction totale par le feu est intervenue en 1947, à la fin de la deuxième guerre mondiale. Seul est resté intact le "Pavillion Taiwanais " cadeau de Taiwan lors du mariage de l’empereur Hirohito Showa.

Shinjuku Gyoen National Garden sera rapidement reconstruit puis ouvert au public en 1949 sous la juridiction du ministère de la santé et des affaires sociales.

La serre chauffée sera reconstruite en 1950 et est toujours en service. Elle contient plus de 1700 espèces végétales d’origine tropicale.

Le parc que l’on peut admirer de nos jours est planté de plus de 20 000 arbres.

Le jardin est composé de trois parties bien distinctes : un jardin anglais, un jardin à la française et un jardin japonais.

En fait, l'ensemble du parc est un vaste jardin traditionnel japonais coupé en deux par les jardins Anglais et Français. Le tout est disposé sur une surface totale de 58 hectares et le tour du parc fait 3,5 kilomètres.

En entrant par la porte Shinjuku, on découvre de belles pelouses et des platanes majestueux. D'où le titre de l'article: par endroits, on se croirait à Londres...

 

 

J’y ai passé une après midi entière… avec mon appareil photos !

Je vous propose quelques diaporamas sélectionnés parmi les centaines de clichés réalisé ce jour là.

 

On commence par le Jardin Anglais.

 

 

Les Jardins traditionnels japonais occupent la plus grande partie du parc. Nous allons commencer par la partie située à gauche du Jardin Anglais. Là où se trouve l'étang TAMAMO.

 


 

Je n'ai pas trop apprécié la partie "Jardin à la française", je préfère les vrais...

 

 

Ensuite, après avoir dépassé le jardin français, nous arrivons à Shimono Ike , le lac inférieur, puis Nakano-Ike, le lac médian.

 


 

Des centaines de carpes tentent de se faire remarquer dans une eau plus que boueuse... c'est à peine si on parvient à les voir.

 

Nous arrivons maintenant au Pavillon Taiwanais "GORYO-TEI"

 


Lorsqu'on est à l'intérieur, la vue sur le jardin est de toute beauté...

 

 

La vue de l'extérieur n'est pas mal non plus, si on excepte la base en béton du pavillon. J'ai bien essayé de la masquer par tous les moyens, sans réel succès. Je suis même monté dans un arbre... Formellement interdit!!!

"Boku wa furansugin desu, nihongo wakanai... Gomenasai"... L'excuse passe-partout.

 

 

On continue ensuite vers "Kamino-Ike", le lac d'en haut...

 

 

La traversée de cet étang se fait sur les plus beaux ponts du parc. L'endroit est vraiment sublime, en dehors du temps. Un instant, je me suis imaginé revenir à l'époque de Edo. Personne d'autre que moi, la nature et cet environnement irréel.

C'est certain, sur le pont, je vais croiser un Samouraï...

 

 

Mais ce n'était que le fruit de mon imagination. Entre les arbres, j'ai aperçu la tour de Shinjuku... Je n'avais pas changé d'époque.

 

 

J'ai donc pu poursuivre mon chemin. Après la maison de thé dissimulée entre les arbres, je suis arrivé  vers  "HAHA TO KONO MORI", la forêt de la mère et ses enfants...

La légende dit qu'il ne faut surtout pas s'écarter du passage sous peine d'être entraîné par la mère qui recherche inlassablement ses enfants perdus!

 

 

Le personnage que j'ai photographié devant la petite chute d'eau était et est resté figé durant tout mon passage derrière lui. Je me suis même arrêté quelques instants... aucun mouvement n'était perceptible. Soit il était en contemplation méditative, soit il n'aurait pas du s'éloigner du chemin!

 

La visite du parc est terminée...

A bientôt!



25/03/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 439 autres membres