Image default
Le Japon

24 heures à Hoshino Resorts KAI Tsugaru

14h45

Depuis Tokyo, comptez 3 heures en shinkansen pour rallier Shin-Aomori au nord. De là, un train régional vous emmènera par-delà les rizières et les fameuses pommeraies de la région à la station thermale d’Owani. Prenez la navette autobus, et 5 minutes plus tard, vous voilà à Hoshino Resorts KAI Tsugaru.

15h

Dès le spacieux hall d’entrée du ryokan, l’œil est immédiatement attiré par l’immense fresque murale recouvrant l’intégralité du mur face à l’entrée.

Créée par Matazo Kayama, artiste peintre reconnu, cette fresque s’inscrit dans un style Nihonga classique. Elle décrit les quatre saisons si distinctes ici dans la préfecture d’Aomori : les cerisiers en fleurs du printemps, les feuilles rougeoyantes de l’automne, les vagues incessantes de l’hiver, la pleine lune et le ciel dégagé de l’été.

Derrière les grandes fenêtres, l’eau entoure cette partie du bâtiment. Des rochers poignent au-dessus de la surface, des fourrés d’arbres frêles poussent à des angles défiant toute gravité.

Vous pourrez admirer cette mise en scène classique japonaise, créée dans le cadre des récents travaux de rénovation du ryokan, tout en vous prélassant dans l’un des confortables fauteuils de la terrasse en bois suspendue.

14h15

Après une boisson de bienvenue (jus de pomme de la région oblige, bien sûr), on vous emmènera vers votre chambre. La plupart des chambres sont de style japonais, avec un sol recouvert de tatami, un lit surélevé et de confortables canapés.

Depuis la réouverture du ryokan en avril 2019, la décoration de toutes les chambres reprend des éléments de la broderie koginzashi.  Typique de Tsugaru, cet art fut créé à l’origine pour renforcer les habits contre les frimas de l’hiver en ces contrées reculées et nordiques du pays.

Hoshino Resorts KAI Tsugaru s’est associé à Iemasa Yamahata, artiste local, pour donner une touche contemporaine à cet art. Vous retrouverez des motifs kogin en forme de losange sur les chemins de table, sur les coussins, ainsi que sur les panneaux coulissants shoji de votre chambre.

16h

En bas, la “Travel Library”, véritable invitation au voyage, porte bien son nom : vous pourrez notamment y découvrir une brève introduction aux sources thermales d’Owani sous la forme d’un kamishibai, genre narratif japonais consistant à raconter une histoire à partir de multiples cartes imagées.

La longue histoire des onsen d’Owani y est également retracée, l’occasion de comprendre ce qui en fait l’une des sources les plus réputées du pays.

17h

L’heure de tester le onsen. À l’automne et en hiver, vous y trouverez des pommes flottant à la surface. Le reste de l’année, ce sont des pommes en bois de hiba d’Aomori (le cyprès japonais) qui sont éparpillées dans les bains.

Les variétés naturelles et en bois infusent dans l’eau des nutriments naturels. Immergez lentement votre corps dans l’eau, puis détendez-vous en profitant de la vue sur les jardins d’eau.

19h30

Le restaurant, qui donne sur les jardins d’eau omniprésents, propose des menus de dégustation kaiseki. Les amateurs de thon seront particulièrement gâtés : le thon Oma du détroit de Tsugaru est réputé être le meilleur du Japon. Certains propriétaires de restaurants de sushis vont même jusqu’à payer plusieurs millions pour sa chair savoureuse.

Parmi les autres spécialités locales, vous dégusterez du maïs Dake Kimi, connu pour sa douceur, et bien entendu, des pommes. Présentation spectaculaire des mets et mélanges créatifs des goûts et textures seront au rendez-vous.

21h

Chaque soir, le shamisen de Tsugaru entre en scène. Contrairement au shamisen traditionnel, dans cette version locale du luth japonais, on va procéder par claquements au lieu de gratter les cordes. Le son est ainsi plus brut, plus dynamique.

Après un concert version courte auquel vous assisterez depuis un bateau, vous serez invité à rejoindre l’intérieur de l’établissement pour assister à des performances jouées par des musiciens de renom.

Oubliez tous les clichés selon lesquels le shamisen serait un instrument archaïque : le son est ici résolument contemporain, aux vibrations exaltantes qui ne manqueront pas de vous transporter.

21h30

Avant de regagner votre chambre, dégustez un cidre ou un saké de la région sur la terrasse, le tout servi dans des verres mouchetés de différentes couleurs, typiques de la verrerie de Tsugaru.

8h

Le petit-déjeuner met à l’honneur noix de Saint Jacques, soupe miso et œufs en sauce soja. Miso et soja sont élaborés en utilisant le onsen local comme source de chaleur.

9h30

L’heure de découvrir la région. À tout juste 10 minutes en train, la ville d’Hirosaki est parfaite pour une excursion d’une journée. Visitez les jardins japonais immaculés de Fujita, baladez-vous sur les terres du château.

Puis prenez la direction du Neputa Village, musée axé sur la découverte de l’artisanat local. Vous serez aux premières loges pour admirer le travail de création des artisans, l’endroit idéal pour trouver un cadeau.

Mais Tsugaru ce sont aussi des vues panoramiques à couper le souffle, du littoral escarpé aux marécages à perte de vue et aux collines volcaniques du mont Iwaki.

Chaque saison portant son lot de transformations du paysage, voilà une région qu’il sera bon de revisiter pour de nouvelles découvertes.

A lire aussi

Hoshino Resorts KAI Enshu : voyage au cœur du thé vert japonais

Irene

Hoshino Resorts Aomoriya, hommage à la culture locale et au festival Nebuta

Irene

Yuru-kyara : les mascottes stars du Japon

Irene

Hoshino Resorts KAI Atami : une expérience unique dans un ryokan atypique

Irene

4 festivals d’été près de Nikko

Irene

Hoshino Resorts en 6 éco-expériences

Irene